Aoû 26 2013

Idée fausse # 16 : l'abonnement est l'avenir commercial des logiciels

idees faussesLe changement de politique commerciale d'Adobe a fait grand bruit à la fin du premier semestre, et Alpha-numérique s'en est largement fait l'écho. La bascule brutale d'un modèle classique en licences perpétuelles à un système d'abonnement obligatoire (défavorable aux photographes et à bien d'autres utilisateurs) a profondément changé la donne s'agissant d'un éditeur dont plusieurs logiciels sont des standards du monde professionnel. En réaction, plusieurs éditeurs concurrents ont affirmé leur fidélité aux licences perpétuelles. Pour autant, rien ne dit que d'autres ne suivront pas la voie tracée par Adobe.
Nous allons bien sûr revenir sur cet événement dans cette chronique, mais en élargissant le propos afin d'examiner la viabilité des solutions sur abonnement et leur intérêt pour l'utilisateur. Nous irons au-delà du strict cadre de la photographie afin de voir si d'autres domaines logiciels ont opté pour une commercialisation sur abonnement, obligatoire ou optionnelle, et si cela s'est fait au bénéfice des utilisateurs.
 
Évoquons en premier lieu l'appellation "Cloud" qui est mise à toutes les sauces sans que l'on comprenne toujours bien de quoi il s'agit. Dans l'univers logiciel, il peut avoir deux acceptions. La première, banale, consiste à fournir à l'utilisateur un espace de stockage Web. La seconde est relative au "Cloud computing" : les applications tournent sur un serveur distant et se pilotent au travers d'une interface Web. C'est le cas par exemple des webmails (GMail, Hotmail, etc.) ou des Webapps bureautiques de Microsoft et Google. L'intérêt du Cloud computing est double : pouvoir accéder aux applications depuis n'importe quel terminal, mais aussi déporter la puissance de calcul, ce qui permet d'utiliser des applications sur des périphériques peu performants.
Un système d'abonnement a déjà été mis en oeuvre dans plusieurs domaines professionnels (gestion, CAO, etc.), soit comme simple modalité commerciale, soit en SaaS (Software as a Service). Ce dernier cas, qui inclut a priori un fonctionnement en Cloud computing, ne concerne pour l'heure que des applications peu gourmandes et ne manipulant pas de trop gros fichiers, mais avec la croissance des débits Internet, des programmes de plus en plus lourds pourront tourner dans le Cloud. En photographie et en vidéo, le Cloud computing avec des logiciels comme Photoshop ou Premiere n'est toutefois pas pour tout de suite. Pour autant, du fait du nom choisi par Adobe, beaucoup d'utilisateurs ont légitimement cru que le Creative Cloud relevait du Cloud computing alors qu'il n'offre en réalité que quelques gigaoctets d'espace de stockage, comme en proposent gratuitement de nombreux éditeurs (Dropbox, Skydrive, Google Drive, etc.). Les logiciels d'Adobe s'installent bien sur votre ordinateur, comme au temps de la Creative Suite. En pratique rien ne change, sinon l'obligation de s'abonner à vie et de se connecter à intervalle régulier pour ne pas risquer une dévalidation des logiciels... 
 
Pourquoi le Creative Cloud d'Adobe a-t-il été aussi mal accueilli par les photographes ? Si on met de côté l'aversion que l'on peut nourrir pour le principe même d'abonnement (quel que soit le domaine), on peut distinguer deux raisons. La première est comptable : alors que l'abonnement est plutôt synonyme d'économies pour le client, c'est l'inverse avec le Creative Cloud (lire l'article Décryptage des tarifs du Creative Cloud d'Adobe). La seconde raison concerne la nature du produit : un logiciel est un outil et, sauf usage très ponctuel, on ne loue pas un outil. Il serait ainsi difficilement imaginable de payer chaque mois pour un marteau ou une paire de ciseaux. On s'abonne à un magazine, à une chaîne TV, à un opérateur téléphonique ou à EDF, donc à des contenus ou à des services, mais pas à un outil. Sauf bien sûr si l'abonnement est intéressant financièrement pour l'usage qu'on a dudit outil ou si... on n'a pas le choix. Adobe a considéré que ses grands comptes étaient suffisamment captifs pour basculer son modèle commercial, au risque de perdre ses "petits" utilisateurs (dont font partie les photographes).
 
Pourtant, quand on examine le cas de la suite Office de Microsoft, on se dit qu'une solution aurait pu satisfaire tout le monde. Microsoft a calibré ses offres d'abonnement pour qu'à chaque situation puisse correspondre une solution intéressante, pour les professionnels comme pour les particuliers. Et pour les rétifs à l'abonnement, la suite Office est toujours vendue en version boîte classique. Prenons l'exemple d'un particulier. Avec Office 365 sur abonnement, il peut installer la suite complète sur 5 ordinateurs (PC ou Mac) et cinq appareils mobiles. Il pourra s'agir des ordis des membres de sa famille, d'amis ou que sais-je encore. Il lui en coûtera 99€ par an, soit environ 300€ sur la classique période de 3 ans entre deux versions d'Office. La version boîte 1 poste de la suite Office Famille et Étudiant 2013 coûte 119€ (avec seulement 4 des 6 logiciels d'Office 365). Pour 5 postes, il faudrait donc débourser environ 600€, soit le double. Même pour ceux, assez nombreux, qui sautent une version d'Office, l'abonnement 365 reste intéressant. Quant aux nombreux autres avantages liés à l'abonnement, ils seraient presque susceptibles de convaincre ceux qui sautent deux versions en restant une dizaine d'années avec la même suite. On le voit, satisfaire tout le monde ou presque est donc possible.
 
Dernier exemple que vous ne connaissez sans doute pas encore : l'éditeur ACDSee vient de mettre en place un système d'abonnement nommé ACDSee 365. Annoncé il y a deux jours, il a été retiré quelques heures plus tard (les plâtres n'étaient peut-être pas secs, mais vous en trouverez des traces si vous tapez "ACDSee 365" dans un moteur de recherche). Le principe est de proposer un abonnement à 76€/an donnant accès à tous les logiciels photo et vidéo (actuellement ACDSee Pro 6, ACDSee 16, ACDSee Photo Editor 6 et ACDSee Video Converter Pro 3 sur Windows, et ACDSee Pro 2 sur Mac), avec en prime un stockage illimité sur ACDSee Online. Le problème avec cette offre est double. D'une part les logiciels photo sont passablement redondants (ACDSee Pro suffit), d'autre part l'offre pour Mac se réduit à un seul logiciel et s'avère sans intérêt au regard de son prix et du tarif de mise à jour. ACDSee 365 ne conviendra donc qu'à certains utilisateurs, par exemple ceux qui utilisent un Mac et un PC, ou encore ceux qui se satisferaient d'avoir la version Pro sur leur ordi principal et la version classique sur un autre ordi. Quoi qu'il en soit, cet abonnement étant optionnel, la liberté de choix est préservée.
 
L'abonnement est-il l'avenir commercial des logiciels ? Ces trois exemples montrent qu'il constitue à tout le moins une option complémentaire que les utilisateurs peuvent choisir si elle est financièrement intéressante. Payer 99€ par an pour bénéficier de la suite Office sur 5 ordinateurs peut convenir à de nombreuses personnes. Payer 295€ par an, sans échappatoire, pour utiliser Photoshop (sur deux ordinateurs, mais reliés au même compte Adobe) ne concerne clairement que les professionnels, quelques amateurs fortunés et tous ceux qui auront mis le doigt dans l'engrenage en se faisant piéger par le marketing et les offres d'appel (valables seulement la première année). Si un logiciel n'est disponible que sur abonnement et que le tarif est peu séduisant, mieux vaut en choisir un autre au plus vite avant qu'il ne devienne indispensable. S'il l'est déjà, cherchez tout de même une alternative...
 

Commentaires   

# RE: Idée fausse # 16 : l'abonnement est l'avenir commercial des logicielsDUBA 26-08-2013 08:57
Honte à Adobe, on ce fou de la gueule des client.
# RE: Idée fausse # 16 : l'abonnement est l'avenir commercial des logicielsrivsc 26-08-2013 10:05
Les paragraphes "l'appellation "Cloud"" et "SaaS" sont rigoureusement justes. Il y a plusieurs buts à ça.

- Que l'utilisateur paie pour un test (je teste un mois : 36€ c'est mieux qu'une license plein pot et Adobe rentre 36€ plutôt que 30 j. d'évaluation gratuite)
- La régularité des revenus pour Adobe.
- Le contrôle des licenses pour éviter le piratage (pour le coup ce sera certainement un coup d'épée dans l'eau, puisqu'effectivement il ne s'agit pas d'une application hébergée).
# RE: Idée fausse # 16 : l'abonnement est l'avenir commercial des logicielsPatrick Moll 26-08-2013 14:10
La lutte contre le piratage était l'une des raisons invoquées par Adobe pour justifier la bascule sur abonnement. Il a fallu moins de 24h aux hackers pour pirater Photoshop CC...
# RE: Idée fausse # 16 : l'abonnement est l'avenir commercial des logicielsrivsc 26-08-2013 14:18
C'est la raison pour laquelle j'ai mis une phrase entre parenthèses. De la même manière que le titre est généraliste : "l'abonnement est l'avenir commercial des logiciels", ma réflexion n'était pas pour Photoshop CC mais pour les vrai logiciels hébergés où toute la logique et les données sont coté serveur.
# RE: Idée fausse # 16 : l'abonnement est l'avenir commercial des logicielsPatrick Moll 26-08-2013 14:49
Je l'avais bien compris ainsi, mais j'en ai profité pour rappeler cet élément pittoresque du marketing d'Adobe... ;-)
# RE: Idée fausse # 16 : l'abonnement est l'avenir commercial des logicielsAlexandre 26-08-2013 22:29
Bon article qui clarifie les termes, le Cloud est effectivement mis à toutes les sauces sans bien comprendre ce qu'il y a derrière, et ça peut être beaucoup de chose (IaaS, PaaS, SaaS, stockage en ligne... :).

En revanche, une erreur : "si vous tapez "ACDSee 365" dans un navigateur", c'est plutôt "si vous tapez "ACDSee 365" dans un moteur de recherche", même si les navigateurs récents tendent à faire croire l'inverse en fusionnant la barre de recherche et la barre d'adresse.
# RE: Idée fausse # 16 : l'abonnement est l'avenir commercial des logicielsPatrick Moll 27-08-2013 03:25
Merci pour la coquille, mon clavier (ou mon cerveau) a fourché la nuit dernière. J'ai corrigé... :twisted:
# RE: Idée fausse # 16 : l'abonnement est l'avenir commercial des logicielsYmF 29-08-2013 21:19
Il me semble que cette engouement pour le "SaaS" soit la nouvelle mode tout comme il faut être dans le "cloud" pour etre à la page.
Mis à part pour pour quelques cas particulier j'ai du mal à voir l'intérêt pour l'utilisateur, alors que je vois bien celui des éditeurs.
Je reste donc dubitatif face à l'engouement de certain pour perdre la main sur leurs données, et/ou s'engager à vie pour pouvoir continuer à y accéder.
À titre d'exemple "ciel" m'appelle environs tous les mois pour me proposer la version abonnement de mon logiciel pro de paie et de compta. Et à chaque fois le commercial semble surpris que je n'apprécie pas que mon droit d'utilisation s'arrête avec la fin de mon abonnement.

Pour conclure j'ai une fâcheuse tendance à penser que c'est de notre responsabilité à tous (quand on a le choix :-) ) de nous assurer de comprendre nos contrats de licences et leurs conséquences pour notre avenir :-)
Ymf
# RE: Idée fausse # 16 : l'abonnement est l'avenir commercial des logicielsPatrick Moll 31-08-2013 01:54
Je viens d'aller faire un tour sur le site de Ciel, et ils ont en effet franchi le pas. Vu les tarifs, je ne suis pas sûr qu'ils parviennent à convaincre beaucoup de boîtes, hormis les grosses. Çà ressemble un peu au syndrome Adobe, à part que les logiciels restent accessibles en licence perpétuelle...
# RE: Idée fausse # 16 : l'abonnement est l'avenir commercial des logicielssafirmes- 08-09-2013 15:52
L'éditeur Adobe profitant de sa position dominante à augmenté le 8 septembre 2013 nos abonnements à leurs suites de logiciels de plus de 20%.
Cette augmentation n'est pas acceptable et à été effectuée de façon unilatérale sans demande d'accord de notre part.
En représailles et pour manifester notre désaccord Nous n'accepterons plus aucun fichier sous quelque format que ce soit de cet éditeur dans un format d'enregistrement ultérieur aux versions CS3.
Vous devrez systématiquement enregistrer vos fichier sous cet ancien format dit compatible CS3.

Client Adobe depuis plus de 20 ans cela signifiera la fin de notre collaboration avec cet éditeur et de fait nous ferons tous de substantielles économies.
The Adobe editor advantage of its dominant position on September 8, 2013 increased our subscriptions to their software suites over 20%.
This increase is not acceptable and was made unilaterally without consent solicitation on our part.
In retaliation and to express our disagreement We will not accept any files in any format whether this editor in a recording format to CS3 later versions.
You will automatically save your file in the old format CS3 Compatible.

Adobe customer for more than 20 years will mean the end of our collaboration with the editor and all of us will make substantial savings.

Les commentaires ont été désactivés

Connectez-vous pour bénéficier de la mise en ligne automatique de vos commentaires !

Idées fausses

14 avril 2015
idee-fausse-17-utilisateurs-d-aperture-tout-votre-travail-sera-sauveLes espoirs résiduels sur Photos, censée remplacer iPhoto et Aperture, se sont envolés : la version définitive confirme que l'application s'adresse au [...]
14 avril 2013
idee-fausse-15-les-microstocks-detruisent-la-profession-de-photographeLes microstocks sont présentés comme les ennemis mortels des photographes professionnels. Autant je suis en plein accord avec la défense des droits des [...]
13 février 2013
idee-fausse-14-la-liberte-dexpression-sur-le-web-et-ses-effets-deleteres Le Web a ouvert un formidable espace d'expression dans lequel la liberté est totale, pour peu bien sûr qu'elle respecte les lois en vigueur dans le pays [...]
04 janvier 2013
idee-fausse-13-free-et-le-mythe-de-la-gratuite-sur-linternetFree vient de mettre une fois de plus le feu à un baril de poudre, mais ce n'est pour une fois pas forcément une bonne nouvelle. En décidant de bloquer [...]
16 novembre 2012
idee-fausse-12-les-qbons-plansq-risques-du-webDepuis quelques mois, on voit fleurir sur le web des alertes de “bons plans” pour du matériel vendu via la plate-forme PriceMinister. Celle-ci a également [...]
22 octobre 2012
idee-fausse-11-les-logiciels-dadobe-ont-ils-une-place-trop-importante-dans-les-medias-specialisesLa place que tiennent les logiciels d'Adobe dans les médias spécialisés, qu'il s'agisse des magazines papier ou des sites web à forte audience, fait [...]
15 août 2012
idee-fausse-10-les-photographes-qserieuxq-choisissent-un-macRien de tel qu'un article traitant de près ou de loin de l'alternative "PC ou Mac" pour se faire plein d'ennemis à coup sûr. C'est pour moi un grand [...]
28 mai 2012
idee-fausse-9-retoucher-cest-tricherCette chronique est un prolongement de celle sur le format RAW et le rendu par défaut des logiciels. J'avais alors exploré les raisons des écarts de rendu [...]
21 avril 2012
idee-fausse-8-les-photos-de-la-qvraie-vieq-tarte-a-la-creme-des-tests-de-boitiersCe nouvel opus de la série "idées fausses" va peut-être se heurter à une lourde incompréhension tant ce que je considère comme une tarte à la crème est [...]
30 décembre 2011
idee-fausse-7-le-smartphone-est-il-lavenir-de-la-photoEn 2010 et surtout 2011, la photographie numérique a été fortement chamboulée par l'intrusion de deux nouveaux types d'appareils sur un marché structuré [...]
08 décembre 2011
idee-fausse-6-le-mythe-des-objectifs-qui-ne-qpassent-plusqParmi les idées fausses qui circulent dans le petit monde de la photographie, il en est une dont la prégnance est indexée sur la densité de pixels des [...]
19 octobre 2011
idee-fausse-5-la-course-aux-pixels-est-une-catastropheCombien de fois ai-je pu lire ou entendre cette affirmation, répétée à l’envi dans tous les lieux de discussion comme s’il s’agissait d’une vérité [...]
14 septembre 2011
idee-fausse-4-logiciels-gratuits-une-fausse-bonne-idee-pour-developper-les-raw[NDLR] Cette chronique reflète l'état de l'offre logicielle gratuite en 2011. Les choses ont bien changé depuis, et je n'écrirais certainement pas cela [...]
05 avril 2011
idee-fausse-3-le-mythe-des-72-dpi-pour-un-affichage-ecran Les notions de définition, de résolution et de taille d'une image sont plus délicates à comprendre qu'il n'y paraît. Elles sont parfois employées un peu [...]
02 février 2011
idee-fausse-2-sur-le-format-raw-et-le-rendu-par-defaut-des-logicielsS’il est désormais entré dans les mœurs et dans les pratiques de beaucoup de photographes experts, le RAW reste souvent mystérieux pour les nouveaux [...]
11 janvier 2011
idee-fausse-1-dxo-optics-pro-ne-serait-pas-utilisable-lorsquun-objectif-nest-pas-supporteNous entamons une série de news brèves pour tenter de pourfendre certaines idées fausses que l'on croise fréquemment sur les forums (ou en commentaires [...]