Nov 28 2010

Les zooms transtandards f/2.8 face à l'Alpha 900 - Partie III

FrontImage3.jpgVoici la suite et fin de notre comparatif de transtandards à ouverture constante face à l'Alpha 900. Après avoir vu dans un premier article les solutions économiques, puis dans un second article les solutions plus onéreuses, nous allons tenter de tirer un bilan global.

Toutefois, avant cela, je vous propose d'ouvrir une parenthèse sur quatre de ces objectifs : d'un côté le Sigma et sa version HSM, et de l'autre le Konica-Minolta et son grand frère le Sony. Il s'agit en effet dans les deux cas d'une mise à jour de la version précédente , et il est donc intéressant de voir si les différences justifient l'écart de prix. On prêtera une attention particulière aux apports du Sony étant donné que ceux ci ont été assez peu commentés sur la toile et dans la presse spécialisée.

Nous terminons donc ce comparatif en trois temps (et trois pages distinctes) :
• le Sigma face au Sigma HSM
• le Konica-Minolta face au Sony
• le bilan global sur ces sept transtandards



I/ Le Sigma 24-70 f/2.8 EX DG face au EX DG HSM

Pour les conditions de prises de vue, je vous renvoie aux deux premières parties de ce comparatif (cf les remarques préliminaires).
Voici les deux objectifs : le non HSM à gauche et le HSM à droite.

Au niveau encombrement, on remarquera que malgré le même diamètre (88.6mm), le HSM a un aspect plus "boudiné" car bien moins long (94.7mm contre 115.5mm pour le non HSM). Il n'y a pas de grande différence de poids et les quelques dizaines de grammes de plus pour le HSM s'expliquent en partie par la présence de la motorisation HSM. Je vous renvoie aux prises en mains des deux premières parties pour comparer les caractéristiques (distance minimale de mise au point, poids, etc...).
Je trouve la version HSM plus équilibrée et la bague de zoom tombe mieux sous la main.

Précision : contrairement au Sony vis à vis du Konica-Minolta, le Sigma HSM présente une formule optique différente de la version non HSM (14 éléments en 12 groupes contre 14 éléments en 13 groupes). Il ne s'agit donc pas d'une simple "remise à niveau" de l'ancienne version mais bel et bien d'un autre objectif.

Le comportement de chaque objectif étant différent à chaque focale, c'est sous cet angle que nous allons nous intéresser aux performances optiques. Seront ainsi testées les focales 24mm, 28mm, 35mm, 50mm et 70mm. A l'exception de la focale de 24mm qui n'a pas été abordée plus tôt et qui fera donc l'objet d'une partie à part entière, je vous invite à regarder les deux précédents articles pour comparer les images aux autres focales.


A 24mm

Le piqué

Voici mon appréciation des résultats obtenus :

• A f/2.8, au centre, on constate que le HSM est très légèrement devant.
Sur les bords, l'écart se creuse toujours en faveur du HSM. On constate assez clairement un manque d'homogénéité. Les bords sont mous.
Dans les coins, c'est très mous avec les deux objectifs.
En somme, on obtient ici des résultats assez classiques pour des zooms à une focale grand angle : manque d'homogénéité à pleine ouverture. Le centre est plutôt bon mais les bords et les coins sont inexploitables pour certaines pratiques photographiques.

• A f/4, les résultats sont globalement similaires pour les deux objectifs : corrects au centre, mous sur les bords et très mous dans les coins. Au centre, il est difficile de différencier les deux objectifs (tout comme dans le coins où les résultats sont médiocres). En revanche, sur les bords, le HSM est nettement meilleur que le non HSM.

• A f/5.6, au centre et sur les bords, la hiérarchie ne change pas. Le non HSM présente des bords mous. En revanche, le HSM devient relativement homogène et se comporte mieux dans les coins.

• A f/8, le HSM devient homogène centre/bord. Les coins restent néanmoins assez mous. Quant au non HSM, les bords restent en retrait par rapport au centre.

• A f/11, les résultats ne diffèrent pas.

En conclusion, si le HSM s'en sort mieux que le non HSM, il ne faut pas demander à ces deux zooms des résultats d'exception. Ils sont bons au centre, mais dès que l'on regarde les bords (ou les coins), on constate qu'ils sont mous aux grandes ouvertures et seul le HSM atteint une certaine homogénéité centre/bord une fois fermé à f/8. Quelle que soit l'ouverture, on n'obtiendra pas d'image homogène centre/coins. Ce constat est néanmoins à relativiser : pour les pratiques photo qui n'ont que faire de bords nets et dans les autres cas si on se contente d'affichage web ou de petits tirages, ces problèmes de manque d'homogénéité ne sont en rien rédhibitoires.

Avant que vous ne regardiez les images, je souhaiterais de nouveau insister sur le fait qu'il s'agit de crops 100% et que les décortiquer revient à observer un poster immense à 30 cm de distance, ce qui ne correspond pas à une situation réelle. En d'autres termes, les différences que vous observerez ne seront pas perceptibles sur de petits tirages, et il faudra du A3 ou du A2 pour les mettre vraiment en évidence.

Voici la photo dans son ensemble avec les deux zones cropées (centre encadré en bleu, bord en rouge et coin en vert) afin que vous réalisiez à quel point les zones de crop sont petites. Voici le tableau contenant tous les crops. A vous de vous faire votre opinion.

Cliquer sur les boutons afin de comparer les crops
Sigma Sigma HSM
Centre boutonf028.jpg boutonf040.jpg boutonf056.jpg boutonf080.jpg boutonf110.jpg boutonf028.jpg boutonf040.jpg boutonf056.jpg boutonf080.jpg boutonf110.jpg
Bord boutonf028.jpg boutonf040.jpg boutonf056.jpg boutonf080.jpg boutonf110.jpg boutonf028.jpg boutonf040.jpg boutonf056.jpg boutonf080.jpg boutonf110.jpg
Coin boutonf028.jpg boutonf040.jpg boutonf056.jpg boutonf080.jpg boutonf110.jpg boutonf028.jpg boutonf040.jpg boutonf056.jpg boutonf080.jpg boutonf110.jpg


Les aberrations chromatiques

Il s'agit ici de la cible utilisée pour le piqué : vous trouverez en bleu la zone utilisée pour cette partie.

Le comportement de ces deux objectifs n'est pas similaire : on remarque une fois de plus que la version HSM est différente de son prédécesseur. Les aberrations sont visibles à pleine ouverture avec les deux objectifs mais la version HSM les contient bien mieux : la frange verte est quasiment imperceptible et la frange violette se voit à peine. Sur la version non HSM, ces franges explosent, même fermé de plusieurs crans.
Ci-dessous le tableau avec les images aux focales de f/2.8, f/4, f/5.6, f/8 et f/11. Elles présentent le résultat à chaque ouverture pour les deux objectifs : à gauche le Sigma 24-70 f/2.8 et à droite le Sigma 24-70 f/2.8 HSM.

Sigma Sigma HSM
Cliquer sur les boutons afin de comparer les crops aux différentes ouvertures
AC boutonf028.jpg boutonf040.jpg boutonf056.jpg boutonf080.jpg boutonf110.jpg


La distorsion

La distorsion est assez marquée. Contrairement aux focales fixes, les zooms y sont assez sensibles aux focales courtes. On note ainsi sur ces deux objectifs une déformation en forme de barillet. Une correction reste néanmoins possible en passant par un logiciel approprié. Je vous invite à regarder le tableau de la partie suivante (au sujet du vignetage) afin de vous forger votre propre opinion. Regardez en particulier les lignes horizontales et verticales des bords de l'image.
On remarque également que le Sigma HSM cadre plus large : son angle de champ est plus large que la version non HSM. D'ailleurs, coïncidence ou non, à 24mm, Lightroom reconnaît bien la focale du HSM, mais pour le non HSM il indique 28mm...


Le vignetage

Contrairement à l'APS-C (pour lequel seule la partie centrale des lentilles est utilisée), le format 24x36 replace le problème du vignetage au premier plan. L'ère numérique permet certes de corriger le vignetage, mais cela se fait au prix d'une correction d'exposition dans les coins, si bien que, si l'écart d'IL est trop grand, cela pourrait faire apparaître du bruit. Mieux vaut, de toute façon, avoir le moins de vignetage possible sur l'image d'origine.

A f/2.8, le vignetage est bien présent avec ces deux objectifs, et assez similaire. Le HSM vignette néanmoins un peu plus.
A f/4, le vignetage est toujours moins marqué avec le non HSM.
A f/5.6, le non HSM vignette encore, mais cela ne sera pas gênant. Ici, la mire présente une couleur uniforme et met en évidence l'assombrissement des coins. Le vignetage est bien moins marqué lors d'une prise de vue dans des conditions "terrain". Le HSM est toujours derrière.
A f/8, le vignetage devient négligeable avec le non HSM. Pour le HSM, il faudra fermer à f11.

En conclusion, le non HSM vignette moins que le HSM. Avec le premier, à partir de f/5.6, le vignetage est moins marqué et négligeable à f/8. Il se corrigera aisément avec un logiciel approprié. En revanche, le HSM reste sensible au vignetage jusqu'à f/8. Le comportement de ces deux zooms est assez classique au regard de la focale.

Cliquer sur les boutons afin de comparer les crops
Sigma Sigma HSM
Vignetage boutonf028.jpg boutonf040.jpg boutonf056.jpg boutonf080.jpg boutonf110.jpg boutonf028.jpg boutonf040.jpg boutonf056.jpg boutonf080.jpg boutonf110.jpg


A 28mm

Pour le piqué, au centre, quelle que soit l'ouverture, les deux objectifs se valent. Sur les bords et dans les coins, le HSM est légèrement meilleur (mais de peu).
En ce qui concerne les aberrations chromatiques, le comportement de ces deux objectifs n'est pas similaire : comme à 24mm, le HSM contient mieux les franges que le non HSM. Celles ci sont plus épaisses avec ce dernier.

La distorsion est encore assez marquée. Dans ce domaine, c'est le non HSM qui est meilleur.

En ce qui concerne le vignetage, les deux objectifs se valent. Le HSM semble vigneter plus à pleine ouveture, mais cette fausse impression est due au fait qu'il cadre légèrement plus large que le non HSM.


A 35mm

Pour le piqué, le HSM est très légèrement meilleur sur les bords et dans les coins.
En ce qui concerne les aberrations chromatiques, une fois de plus, le HSM contient mieux les franges que le non HSM.

La distorsion est assez bien contenue. En revanche, la forme en coussinet du Sigma non HSM peut être perturbante. La forme en barillet du HSM attire finalement moins le regard. Dans ce domaine, le HSM est donc meilleur.

En ce qui concerne le vignetage, les deux objectifs se valent. On notera qu'à cette focale, il n'y a plus de différence de cadrage (contrairement à 24mm et 28mm).


A 50mm et à 70mm

On note enfin une différence notable de piqué. Celle ci est en faveur de la version HSM qui présente de biens meilleurs bords.


Conclusion

Finalement, le choix entre ces deux objectifs ne se fera pas réellement sur le critère du piqué, car à l'exception de la fin de range, ils se valent plus ou moins. Il faut dire que le Sigma non HSM est très bon dans ce domaine.
Le choix du HSM se justifie plus dans d'autres domaines comme la maîtrise des aberrations chromatiques, du vignetage ou de la distorsion. Surtout, on soulignera le confort d'utilisation de cette version offerte par la motorisation HSM (qui apporte à la fois la retouche permanente du point et le silence de fonctionnement) et la meilleure prise en main.

{jospagebreak_scroll title=Konica Minolta et Sony &heading=Sigma EX DG et EX DG HSM}

II/ Le Konica Minolta 28-75 f/2.8 D face au Sony 28-75 f/2.8 SAM

Pour les conditions de prises de vue, je vous renvoie aux deux premières parties de ce comparatif (cf les remarques préliminaires).
Voici les deux objectifs : le Konica-Minolta à gauche et le Sony à droite.
Au niveau encombrement, on remarque bien le lien de parenté entre les deux objectifs. Ils ont la même longueur (92mm) et leur différence de diamètre (73mm pour le Konica-Minolta contre 77.5mm pour le Sony) n'est sans doute due qu'à la motorisation interne du Sony. C'est probablement aussi ce qui explique la cinquantaine de grammes de différence. Leur formule optique semble identique (16 éléments en 14 groupes).
On notera néanmoins quelques différences : une distance de mise au point minimale différente (38cm pour le Sony contre 33 pour le Konica Minolta), la présence d'un commutateur AF/MF sur le Sony, celle d'un bouton de verrouillage d'allongement du fût (hérité du Tamron 28-75, "père" de ces deux objectifs), et bien évidemment la présence d'une motorisation SAM sur le Sony.
Au-delà de l'aspect extérieur et de la formule optique probablement similaire, la question est de savoir si le traitement des lentilles apporte un réel plus avec cette version Sony. Premier constat avant de vous laisser lire la suite : le Konica-Minolta a un rendu plus chaud que le Sony.

Le comportement de ces deux objectifs étant différent à chaque focale, c'est sous cet angle que nous allons nous intéresser aux performances optiques. Seront ainsi testées les focales 28mm, 35mm, 50mm et 75mm. Je vous invite à regarder les deux précédents articles pour comparer les images.


A 28mm

Pour le piqué, au centre, quelle que soit l'ouverture, les deux objectifs sont identiques. En revanche, sur les bords et dans le coins, on note une réelle différence en faveur du Sony.
En ce qui concerne les aberrations chromatiques, le comportement de ces deux objectifs est assez similaire. Le Konica-Minolta semble présenter des franges plus épaisses, mais cette impression n'est due qu'aux mauvais bords de celui-ci. Cette mollesse couplée au flare produit une sorte "d'étalement" des franges. C'est trompeur.

En ce qui concerne la distorsion et le vignetage, bien malin sera celui ou celle qui réussira à les départager. Sur ces deux points, ces deux objectifs sont bel et bien frères jumeaux.


A 35mm

Pour le piqué, le Konica-Minolta semble légèrement meilleur au centre mais sur les bords et les coins, le Sony est clairement devant, ce qui fait de lui le plus homogène, et cela quelle que soit l'ouverture.

En ce qui concerne les aberrations chromatiques, une fois de plus, les deux objectifs se valent malgré la même fausse impression rencontrée à 28mm (faiblesse des bords du Konica-Minolta).

En ce qui concerne la distorsion et le vignetage, tout comme à 28mm, ces deux objectifs présentent exactement le même comportement.


A 50mm et à 70mm

Je n'ai noté strictement aucune différence de piqué.


Conclusion

Le Sony donne-t-il des résultats différents par rapport au Konica-Minolta ? Sur l'exemplaire testé, je n'en ai noté qu'à 28mm et 35mm au niveau du piqué, que j'ai trouvé meilleur sur les bords et dans les coins. Pour tout le reste, je n'ai noté aucune différence, tant sur la résistance au flare (je n'ai pas réussi à les prendre en défaut) que sur la maitrise des aberrations chromatiques ou encore la distorsion et le vignetage.
Bref, la différence de prix par rapport au Konica-Minolta ne se justifie finalement que sur cette meilleure homogénéité aux courtes focales, à la présence d'une motorisation et surtout, surtout, au fait que le Sony se vend neuf et garanti.
L'amélioration de l'homogénéité aux courtes focales peut justifier un tel investissement si votre pratique photographique l'exige, mais si vous n'attachez pas d'importance à ce critère, un Konica-Minolta d'occasion fera parfaitement l'affaire. Si vous voulez vraiment du neuf, vous pouvez aussi regarder du côté du Tamron 28-75 f/2.8.

{jospagebreak_scroll title=Bilan global}

Bilan global

Ce bilan, comme tout jugement, est subjectif et une autre personne pourra avoir un ressenti différent. Je ne désignerai pas de "vainqueur" pour la simple et bonne raison qu'aucun des sept ne surclasse les autres dans tous les domaines. A fortiori, s'agissant de zooms, les performances peuvent énormément varier selon la focale et il est donc impossible de les classer globalement. Je donnerai donc mon point de vue sur chacun d'eux, un par un, en essayant de souligner leurs faiblesses et leurs atouts.



Le premier critère déterminant est généralement le prix. En ce qui concerne les considérations financières, je vous renvoie aux deux conclusions des deux premiers articles de ce comparatif. Place à un bref aperçu des sept objectifs :


Tokina 28-80 f/2.8 AT-X Pro

Parmi ces objectifs, le Tokina fait partie des moins bons. Pour autant, il est meilleur que les plus courants Sigma 28-70 f/2.8 et il est a priori meilleur que les Tokina 28-70 f/2.8.
Il est donc loin d'être mauvais. C'est en effet un bon objectif qui offre un excellent piqué à 28mm une fois fermé. Les amoureux du look de la marque (dont je fais partie) apprécieront tout particulièrement sa finition robuste digne d'un tank et le fait qu'en bon objet massif, son fût ne s'allonge pas en zoomant (ni même en faisant une mise au point).
Au regard des qualités optiques pures, on lui préfèrera d'autres transtandards car il présente des faiblesses à pleine ouverture, notamment en ce qui concerne le flare et la résistance aux aberrations chromatiques.


Konica-Minolta 28-75 f/2.8 D

Par rapport aux autres, il présente l'avantage d'être le plus compact et le plus léger. Sa construction est sans doute celle qui donne la moins bonne impression (sans pour autant en donner une mauvaise) mais il ne faut pas s'y fier car il fait partie des meilleurs en ce qui concerne la résistance aux aberrations chromatiques. Il présente également l'avantage de ne pas faiblir en fin de range par rapport à d'autres. En somme, son rapport qualité prix est difficilement battable.
Cependant, les amateurs de courtes focales trouveront leur bonheur avec un autre transtandard car sur ce point, on trouve mieux et pas forcément plus cher.


Sigma 24-70 f/2.8 EX DG

En parlant d'alternative au Konica-Minolta pour les courtes focales, je pensais à ce Sigma justement. En effet, sans même parler du fait qu'il commence à 24mm et non pas à 28mm, ce qui n'est pas rien, il produit des images plus homogènes que le Konica-Minolta, tout particulièrement aux grandes ouvertures. Il fait également partie de ceux qui vignettent le moins (le fait qu'il commence à 24mm n'y est pas étranger).
En revanche, on appréciera moins l'emplacement de sa bague de zoom (trop reculée à mon goût) et le fait qu'il faiblisse en fin de range. Pis encore, malgré son appartenance à la gamme EX, ce modèle connait quelques soucis de casse au niveau du mécanisme de mise au point...


Angénieux 28-70 f/2.6

Cet objectif est légendaire, mais j'avoue que je ne le conseillerais pas pour ses qualités optiques. Du moins, pas pour un Alpha 900 ou un appreil possédant un capteur aussi grand et réfléchissant que celui-ci. En effet, aussi mythique soit-il, il présente des problèmes de résistance au flare qui font chuter le micro contraste, entraînant une perte de piqué. Il présente également une forte sensibilité aux aberrations chromatiques.
En revanche, à recommander sans restriction pour les amateurs de bel objet.


Sony 28-75 f/2.8 SAM

Le Sony est finalement un quasi clone du Konica-Minolta. Je précise "quasi" car j'ai tout de même noté de meilleures performances aux courtes focales en ce qui concerne l'homogénéité du piqué (justement un point faible du Konica-Minolta). Comme le Sony ne faiblit pas en fin de range, l'amélioration de son piqué aux courtes focales en fait un excellent compromis, d'autant plus que comme son petit frère, il résiste très bien aux aberrations chromatiques.
Quant à savoir si cela justifie la différence de prix avec un Tamron neuf ou un Konica-Minolta d'occasion, ce sera à chacun de juger au regard de son apport aux courtes focales et de la motorisation SAM.


Minolta 28-70 f/2.8 G

Presque aussi vieux que l'Angénieux (1993 contre 1990), cet objectif fait bien mieux que de la résistance ! On soulignera en effet son excellente tenue et son excellente homogénéité à 35mm et à 50mm. Il ne démérite pas à 28mm mais il y a mieux (heureusement tout de même lorsqu'on sait qu'il n'a pas de traitement des lentilles optimisés pour le numérique), en particulier en ce qui concerne la résistance aux aberrations chromatiques.
Au chapitre des mauvais points, le fait qu'il faiblisse à 70mm, sa distance minimale de mise au point qui empêche de faire de la proxy avec et la lenteur de son AF. En effet, si je n'ai constaté aucune différence de vitesse entre les autres, la lenteur du Minolta est criante. Selon les pratiques photographiques, cela peut ne pas être déterminant mais il vaut mieux le savoir avant de l'acheter.


Sigma 24-70 f/2.8 IF EX DG HSM

Le Sigma est le seul des sept à présenter une motorisation silencieuse permettant la retouche du point permanente. Je commence par cet argument car je le considère comme un réel avantage. Le confort d'utilisation est considérable. En ce qui concerne les autres avantages, on soulignera également le fait qu'il commence à 24mm. En plus de ses bons résultats aux courtes focales, il présente l'avantage de rester bon en fin de range contrairement au Sigma non HSM. Il bénéficie également de traitements de lentilles optimisés pour le numérique et résiste bien aux aberrations chromatiques. Si on rajoute son excellente tenue en main, cela en fait un excellent compromis.
Aucun défaut ? Pas aucun mais peu. Cependant, ce faible nombre de défauts ont un coût : le Sigma HSM est en effet le plus cher des sept objectifs présentés ici et le fait qu'il soit aussi récent (et bon) fait que l'offre est quasiment inexistante sur le marché de l'occasion. D'ailleurs, vu son prix, il serait plus logique de le considérer comme une alternative au couteux Zeiss plutôt qu'aux six autres objectifs présents dans ce comparatif.


Chacun choisira selon ses propres priorités. En espérant que ce comparatif vous aura permis de découvrir un peu mieux ces sept objectifs, je vous souhaite de faire un bon choix.

Commentaires   

# Sigma 24-70 f/2.8 IF EX DG HSMYann 29-11-2010 11:16
Merci pour cette étude détaillée.
Pour partager mon expérience: j'ai revendu mon Konica-Minolta 28-75 f/2.8 D pour le dernier Sigma 24-70 f/2.8 IF EX DG HSM.
Ce dernier est une véritable optique de reportage, de qualité au moins bonne à toutes les focales, contrairement au précédent où certains couples focales/ouvertures étaient justes (typiquement 28mm à f2.8).
Le réel avantage d'un zooom tout terrain c'est ça: on déclenche sans soucis...
# Disinto 30-11-2010 07:10
Quid des soucis de fiabilité avec les objectifs Sigma ? Il me semblait que ce n'était pas forcément leur point fort :confused:
# Patrick Lombaert 01-12-2010 20:04
En ce qui concerne les soucis de fiabilité avec Sigma, il faut noter que la version non HSM est fréquemment atteinte de problème de pignons : une couronne dentée casse et bloque alors la mise au point. Ce problème est bien connu sur les 70-300 de la même marque mais il est regrettable de le retrouver sur la gamme EX. :confused:

En ce qui concerne la version HSM, la motorisation interne enlève ce souci. En revanche, je connais un ami ayant eu un problème de front/back focus avec son exemplaire. Avec l'A850/A900, ce n'est pas bien grave car l'appareil permet les micro-ajustements. Bref, personnellement, je ne me ferais pas de souci quant à l'achat d'un Sigma HSM. :-)

Les commentaires ont été désactivés

Connectez-vous pour bénéficier de la mise en ligne automatique de vos commentaires !

Objectifs en monture A

Reviews

17 mars 2015
les-adaptateurs-sony-pour-griffe-porte-accessoireC'est une question qui revient souvent depuis l'adoption par Sony d'une griffe porte-accessoire de type ISO : est-il possible d'utiliser les accessoires [...]
19 février 2015
les-bagues-d-adaptation-sony-de-la-monture-a-vers-la-monture-eLa montée en puissance des boîtiers hybrides pose un cas de conscience à tous les photographes équipés de reflex : aussi tentants que soient ces [...]
11 février 2014
considerations-sur-la-visualisation-d-images-a-100-sur-ecran Cet article est un préalable au test complet du Sony Alpha 7R dont le premier opus - l'évaluation du bruit numérique en Jpeg et en Raw - sera mis en [...]
16 janvier 2014
comprendre-les-mesures-et-les-scores-dxomark-1-les-capteursSi DxO Optics Pro a su tirer son épingle du jeu malgré la domination de Lightroom, le banc d'essai optique DxO Analyser a fait bien mieux en devenant [...]
12 décembre 2013
samsung-ativ-book-9-une-excellente-alternative-au-macbook-airIl y a trois mois, mon MacBook Air 13" (mid 2011) a rendu l'âme. Pour pas grand-chose, juste la RAM qui a claqué. Mias voilà : si quoi que ce soit est [...]
22 avril 2013
les-gammes-optiques-sony-alpha-et-nexL'année 2012 et ce début d'année 2013 auront vu arriver pas moins de 13 nouvelles optiques : 7 pour les reflex Alpha et 6 pour les NEX. La gamme optique [...]
21 janvier 2013
review-du-papier-photo-moab-slickrock-metallic-pearl-260Le troisième volet du grand dossier sur la gestion des couleurs, publié dans le numéro 31 de Compétence Photo, était consacré au monde de l'impression. [...]