Fév 17 2009

La photographie de voyage (partie II) - Sur place

PICT7119.jpg

Voici la seconde partie de l'article consacré à la photographie de voyage. Cet article aborde la prise de vue sur place et continue à prodiguer conseils et astuces bien utiles pour ne pas louper des photos lors d'un voyage qui sera peut être unique.

Bien entendu, pour ceux qui auraient manqué la première partie consacrée aux préparatifs, je ne peux que leur conseiller d'en prendre connaissance ici.

 

Remarque : la numérotation suit celle du premier article.

 

8/ La préparation

Lors de votre voyage, vous allez être amenés à visiter différents sites que vous ne verrez probablement qu’une seule fois. Pour en ramener les meilleures photos possible, une bonne préparation est donc nécessaire.

Avant de partir il faudra bien se renseigner sur le pays et sur les lieux qui seront visités. Prenez le temps de faire une recherche sur internet et de regarder les photos déjà existantes. Cela vous donnera une idée des possibilités de prise de vue et, en gardant en tête quelques clichés (trop) typiques, cela vous évitera de faire la même chose une fois sur place et vous forcera à plus de créativité. Lisez des brochures, des livres et des guides de voyage. Allez dans les librairies, parlez à des amis qui ont déjà été là-bas. Trouvez tout ce qui peut être relevant et dévorez-le. Une fois sur place, faites une liste des endroits que vous souhaitez photographier. Achetez éventuellement des cartes postales, toujours pour vous mettre les lieux en tête et vous donner des idées.

En voyage vous allez rencontrer toutes sortes de situations et de sujets. Cela requiert d’être un peu touche-à-tout. Chacun a évidemment ses domaines de prédilection mais vous devez être capable de faire du portrait, du paysage, de l’architecture, de l’animalier et tout ce que l’on peut encore imaginer. Il n’y a pas d'exercice photographique qui ne soit pas couvert en voyage.

Cela se relativise suivant la destination mais, comme il est peu probable que vous ne fassiez qu’un voyage dans votre vie, entraînez vous dans chaque discipline.

 

9/ La pratique photographique une fois sur place

Ca y est, vous y êtes enfin. Votre première journée en pays étranger. Vous n’avez plus qu’une idée en tête : prendre des photos, que la chasse aux souvenirs commence ! Vous ne tenez plus en place et l’index vous démange fortement...

Voici donc mon premier conseil : ne passez pas toutes vos vacances l’œil collé au viseur !

Le voyage, c’est plus que la photo que vous allez prendre. Vous n’avez pas besoin de capturer le moment pour en faire une expérience valable. En fait, l’obsession de fixer chaque instant peut nous distraire de la vraie joie du voyage, ce qui de toute façon nous conduira à rater de magnifiques opportunités photographiques. Pensez à poser votre appareil de temps en temps et à apprécier l’instant présent.


10/ Ne prenez pas des photos, faites des photos

Il y a une grande différence entre prendre une photo et en faire une. Quand on prend une photo on vise et on déclenche. Faire une photo implique de penser à tous les éléments de la scène et à la manière de les agencer. On pense à l’éclairage, au premier et à l’arrière plan ainsi qu’à l’émotion que l’on veut transmettre au travers de cette image.

PICT7178.jpg

Prenez du temps pour la photographie. Comme pour tout ce que l’on veut réussir, faire de bonnes photos demande d’investir du temps et de l’énergie. Le problème est que les voyages modernes impliquent des journées remplies d'excursions et d'événements organisés sans parler des repas et du transport, ils sont généralement de durée limitée lors que l'on souhaiterait voir le plus de sites possible. Ces conditions laissent peu de place à une pratique sérieuse de la photographie.

 

Vous devrez vous donner du temps. Il faut accorder à la photographie une place quotidienne dans votre programme. Ainsi vous saurez que vous avez le temps et ne serez pas tentés de reporter à demain. Il peut pleuvoir demain, ne faites pas de pronostics.

Le plus important est d’exploiter tout le potentiel d’une situation. Ne soyez jamais satisfaits de votre premier cliché : il est toujours possible de produire quelque chose de mieux. Pourquoi les peintres font-ils des esquisses ? Rapprochez-vous, encore et encore, et n'oubliez pas la maxime de Capa "Si votre photo n’est pas bonne, c’est que vous n’étiez pas assez près". Essayez différents angles, différents objectifs. Attendez la lumière ou le nuage, attendez que des gens rentrent ou sortent du cadre, attendez qu’un oiseau se pose sur la branche. Ne soyez jamais pressé de changer de sujet. Vous devez vous convaincre qu’il n’y a rien de plus important que de tirer le meilleur de l’opportunité photographique face à laquelle vous êtes. Une fois épuisées toutes les possibilités auxquelles vous avez pu penser, vous pouvez passer au sujet suivant.

 

Equateur.jpg

Nous sommes habitués à voir le monde de deux points de vue : debout et assis. Il est naturel que nous fassions nos photos depuis ces mêmes positions. Quel dommage !

Le simple fait de mettre un genou à terre change la perspective de manière spectaculaire.

En vous baissant vous allez mettre en valeur des éléments de composition qui passent souvent inaperçus si vous photographiez debout. Des coquillages sur la plage, les pavés d’une rue ou les pieds des danseurs dans un spectacle folklorique. Les grands angles sont des objectifs idéaux pour cet exercice. En vous mettant au niveau du sol vous trouverez des cadrages différents et originaux.

Les points de vue élevés sont également parfaits pour la photo de voyage. Il n’y a rien qui donne une meilleure sensation d’espace qu’une photo panoramique prise du haut d’un mirador naturel ou d’un immeuble. Ces points de vue abondent la plupart du temps et sont aisés à trouver une fois que vous avez l’habitude de les chercher. Les scènes qui ont la plupart du temps l’air chaotique au niveau du sol, tel un marché ou le trafic routier, deviennent plus ordonnées vues d’en haut.

 

Une fois votre perchoir trouvé, soyez sûr d’en explorer toutes les possibilités avec différentes longueurs focales, cherchez les motifs répétitifs, isolez des éléments au téléobjectif et essayez de saisir une vue d’ensemble avec un grand angle.

Bogota_Colombie.jpg


Alors qu’il est intéressant de capter toute la grandeur d’un édifice d’architecture on constate souvent que la beauté de cette même structure est aussi dans les détails, ceux-ci permettant de réaliser des clichés étonnants.
Leon_Nicaragua.jpg

 

Ce principe peut être appliqué à tous les domaines de la photographie de voyage. Zoomez dans la nourriture que vous mangez, dans les étals de marché, les panneaux au bord de la route et les objets artisanaux dans les magasins. Toutes ces photos auront un grand impact et introduiront de la diversité dans votre album de voyage.

Analysez quotidiennement le genre de photos que vous avez prises et remarquez ce qui manque à votre album. En plus des traditionnelles photos de paysages et de personnes, pensez aux bâtiments, prenez des photos de panneaux écrits dans la langue locale, des scènes de rue, des moyens de transport, des marchés ou magasins et de la nourriture, pensez à vos compagnons de voyage et aux auto-portraits. Diversifiez vos photos pour rendre votre album plus intéressant à feuilleter.

San_Pedro_Guatemala.jpg


Vous ne devez pas emporter tout votre matériel avec vous à chaque fois que vous vous rendez quelque part. Tout ce qui vous empêche de porter confortablement votre sac doit rester à l’hôtel. La photo de voyage est souvent une question de rapidité et de fluidité. Vous devez être capable de réagir rapidement à une situation, vous accroupir et vous faufiler pour trouver le meilleur angle avant que l’opportunité ne disparaisse et c’est impossible si vous êtes chargé de matériel.

Chichicastenango_Guatemala.jpg


Ne rangez pas votre appareil si le soleil n’est pas au rendez-vous et que le ciel n’est pas bleu, de bonnes photos restent possibles lorsque le temps n’est pas idéal. La clé pour photographier dans ces conditions est d’éliminer le ciel de toutes vos photos : oubliez-le, il ne vous donnera qu’une zone blanche ou grisâtre ennuyeuse. Cherchez des compositions n’incluant pas l’horizon, des sujets graphiques et/ou très colorés. Certains sujets ressortent beaucoup mieux dans ces conditions de faible contraste et de lumière diffuse. Les macros de fleurs, les scènes de rue et les photos de personnages sont parfaits pour ce genre de lumière.

Costa_Rica.jpg

 

11/ Photo de paysage

La photo de paysage est l'un des domaines de prédilection en voyage, tout comme la photo de personnes. C'est bien normal car si nous voyageons, c’est bien pour voir des pays et des gens différents, c’est donc ce que l’on a tendance à photographier le plus. Quelques règles simples peuvent grandement améliorer la qualité des clichés que vous ramènerez.


En premier lieu, tout est question de placement, demandez aux locaux où sont les plus jolis points de vue. Très souvent ils vous enverront là où les guides pour touristes ne vont pas. N’ayez pas peur de marcher pour les atteindre. Vous ne pouvez pas prendre la bonne photo si vous n’êtes pas au bon endroit alors assurez vous d’avoir la meilleure place possible et le meilleur angle d’où prendre ce paysage en photo.

Ne soyez pas trop confiants juste parce que vous avez un super appareil photo. Vous devrez travailler pour trouver le cadre idéal. Est ce que la cadrage est bon ? Pouvez-vous vous servir de la règle des tiers avec ce sujet ? Y a t’il des lignes naturelles à utiliser ? Pouvez vous inclure un avant plan intéressant et ainsi donner de la perspective ? Essayez un format vertical. Passez en revue toutes les règles de composition. Déplacez-vous jusqu’à trouver le bon cadre.

Antigua_Guatemala.jpg


Le moment est aussi important que le placement. Gardez toujours à l’esprit les conditions d’éclairage. Les photos les plus spectaculaires sont presque toujours prises tôt le matin ou tard dans l’après-midi. C’est principalement dû au fait que les ombres, plus longues à ces instants de la journée, donnent alors plus de profondeur à la scène. A midi les ombres sont plates et les couleurs délavées. Renseignez-vous sur l’orientation et la topographie des sites pour savoir quand il sera préférable de vous y rendre afin de bénéficier de la meilleure lumière, cela fait une énorme différence. Pour celà l’office du tourisme local peut être une mine d’or et vous fournir des cartes qui vous renseigneront sur ce point précis. Dans le même ordre d’idée portez toujours une petite boussole sur vous afin de savoir plus ou moins où se lève et où se couche le soleil.

San_Juan_Del_Sur_Nicaragua.jpg

Si vous restez plusieurs jours à un même endroit, rendez vous sur les lieux une première fois et prenez une image mentale de l’environnement, trouvez à quel moment le site sera le mieux mis en valeur par la lumière.

Little_corn_Island.jpg

Faites le meilleur usage possible du temps à votre disposition, se lever avant le soleil n’est peut-être pas compatible avec des vacances reposantes mais personnellement je ne voudrais rater ces lumières matinales pour rien au monde !

Encore une fois, n’ayez pas peur du mauvais temps. Le brouillard, la bruine et les conditions lumineuses de faible contraste que l’on a avec un ciel bouché sont parfaites pour des sujets comme un sous-bois, des étangs, un tronc ou une maison abandonnée. Même un orage peut-être très photogénique.

Flores_Guatemala.jpg

Peu importe le paysage que vous photographiez, pensez a ses qualités essentielles et pas seulement aux qualités visuelles. Pensez aux sentiments que l’endroit provoque en vous. Comment vous sentez-vous face à cette scène ? Solitude, violence, abandon, sérénité,... tout cela peut se dégager d’un paysage. Maintenant trouvez les moyens de transposer ces sensations dans votre photo.

Vous vous êtes certainement déjà trouvé au sommet d’une montagne, la vue y était à couper le souffle. Pourtant lorsque, plus tard, vous avez regardé vos photos tout avait l’air plat. Où est passée la majesté de la scène ? Si vous vous contentez de photographier ce que vous voyez, le sens de la distance et de la hauteur ne sera pas transmis car il manque le renseignement sur l’endroit depuis lequel vous faites la photo. C’est pourquoi il faut toujours trouver un premier plan qui fera savoir où vous êtes.

Dans le cas de la vue depuis le sommet cela peut être un rocher au bord de la falaise, un tronc d’arbre où même des gens qui peuvent représenter un bon premier plan. Ainsi vous transmettrez toute la grandeur et la majesté du paysage.

El_Penol_Colombie.jpg

Dans le même ordre d’idée vous aurez souvent besoin d’un repère donnant une échelle pour apprécier la taille de certains sujets. Sans cela une chute d’eau peut bien faire 20 ou 200 mètres de haut, il n'y a aucun moyen d’en juger. Pour se rendre compte de la grandeur de votre paysage l’œil a besoin de voir un élément de taille connue dans l’image, typiquement une personne mais cela peut être une voiture ou une maison par exemple. C’est le bon moment pour utiliser les membres de votre famille. Laissez-les regarder à travers le viseur et dites-leur où ils doivent se placer, cela épargnera vos cordes vocales une fois qu’ils seront loin.

Anfiteatro_Argentine.jpg


Pour finir ne rentrez pas une fois le soleil disparu derrière l’horizon. Tout le monde aime photographier le coucher de soleil en lui-même mais combien restent après pour profiter de cette demi heure magique où il y a encore de la couleur dans le ciel, parfois encore plus intense que lorsque le soleil était visible ? C’est le meilleur moment pour photographier la ville de nuit, des monuments et même des paysages.

Quito_Equateur.jpg

 

Il est des accessoires quasi indissociables de la photo de paysage sérieuse, tel les filtres.

Le polarisant est pour certains un filtre indispensable. Mon avis est plus mitigé. Cet accessoire permet d’accentuer la couleur du ciel et de rendre les nuages blancs plus intenses. L’effet est maximum avec le soleil à votre droite ou à votre gauche. L’effet est nul si il est devant ou derrière vous. Il permet également d’éliminer les reflets parasites des surfaces non métalliques, cela rend l’eau bien transparente et de manière plus subtile, les feuillages gagnent en saturation et en définition, il peut également rendre vos images plus « nettes » car il enlève les réflexions de la brume atmosphérique. Ce dernier point, discutable, profitant surtout aux photographes souhaitant faire de grands agrandissements ne doit pas conditionner l’achat d’un tel filtre.

Seulement voilà, cet outil merveilleux sur le papier, s'il est mal utilisé, obscurcira trop le ciel et nuira à la photo. De plus l’effet de saturation peut être facilement obtenu en post-traitement où il est plus facilement dosable. Son usage se justifie en revanche pleinement pour l’élimination de reflets parasites, je ne l’emploie plus que pour cela.

Les filtres indispensables si l’on souhaite faire de la photo de paysage de qualité sont les dégradés neutres. Ils permettent d’équilibrer le contraste entre les hautes et basses lumières, ce qui correspond typiquement en paysage à la différence de luminosité entre le ciel et la terre. Sur un ciel uniformément bleu, son usage est inutile mais en présence de nuages qui sortiraient normalement « brûlés » ils servent à en faire ressortir les détails. Ils sont également nécessaires lorsque l’on photographie un coucher ou un lever de soleil dans lequel on souhaite inclure un premier plan important, la différence de luminosité pouvant alors atteindre des valeurs extrêmes.

Cahuita_Costa_Rica.jpg

Leur utilisation est simple : en spot on fait une mesure sur les basses lumières (la terre au premier plan), on mémorise et ensuite on place le filtre sur les hautes lumières (typiquement, le ciel) pour prendre la photo.

Il est évident que l’on ne peut pas toujours être au bon moment aux endroits que l’on visite. Seuls les professionnels fortunés peuvent se permettre le luxe de rester le temps qu’il faut jusqu’à ce que la bonne lumière soit là. Cela ne doit pas empêcher de se faire plaisir en essayant de tirer le meilleur parti des conditions s’offrant à nous à cet instant. Il est même très valorisant de voir un cliché réussi que l’on sait avoir été fait dans des conditions loin d’être idéales. Cela fait aussi partie de la photo de voyage : s’avoir s’adapter et faire ce que l’on peut avec ce que l’on a.

12/ Photographier des personnes

C’est en comprenant le mieux possible le pays visité que l’on pourra produire des clichés intéressants, véhiculant un message ou pour le moins une émotion. Cela fait également partie du travail de recherche avant le départ. Je suis souvent surpris du nombre de touristes qui ne savent absolument rien sur la culture du pays qu’ils visitent. En conséquence ils s’habillent et agissent souvent de manière très inappropriée et mettent mal à l’aise beaucoup de locaux en enfreignant des tabous sociaux. Même si ce n’est pas directement lié à la photographie cela a un impact sur les personnes que vous rencontrez et que souhaiteriez immortaliser.

Les gens ne sont pas des sites touristiques, ce sont des personnes et elles méritent le droit d’être traitées en tant que telles.

Chichi_Guatemala.jpg

 

Avant tout, renseignez-vous sur la possibilité de photographier les populations locales. Cela peut être très différent d’une région à l’autre d’un même pays. Il est parfois très mal vu de prendre les enfants en photo et cela peut vous attirer de gros problèmes. D’autre part, il y a des populations indigènes totalement hermétiques à la photographie, qui peuvent très mal réagir.

 

Mieux vaut demander la permission avant de prendre une photo, surtout si vous êtes proche et ne souhaitez cadrer qu’une seule personne. Faites connaissance avant de sortir votre appareil ou établissez au moins un premier contact, cela peut être aussi simple qu’un hochement de tête. Apprenez quelques mots dans la langue locale, au moins « bonjour » et « puis-je faire une photo ? », le fait de montrer que vous faites des efforts aide beaucoup. Parlez-leur ou montrez-leur une photo de votre famille. Intéressez vous à leur travail ou à leur famille.
Expliquez ce que vous souhaitez faire et ce qui vous a plu chez cette personne qui vous donne envie de faire une photo. Parlez-leur pendant que vous les photographiez et ne prenez pas un temps inconsidéré à jouer avec les réglages de votre appareil. Montrez-leur le résultat sur l’écran, dites-leur qu’ils sont photogéniques, un pouce levé suffit, serrez-leur chaleureusement la main. En agissant de la sorte vous aurez fait plus qu’une photo, chacun d’entre vous en tirant une expérience enrichissante. De plus la photo résultante sera souvent bien meilleure car il y a avait une vraie connexion entre vous.
Préférez les photos naturelles non-posées, une photo posée peut également fonctionner assez bien mais peut aussi manquer d’authenticité. Photographiez votre sujet dans son environnement, en train de faire quelque chose de son quotidien, au travail, à la maison, au marché etc.…

Deborah_Guatemala.jpg

 

C’est pour cette raison que malgré ce que dit la « règle », vous n’avez pas besoin d’utiliser un téléobjectif pour toutes vos photos de personnes. Vous pourrez utiliser un grand angle pour montrer à la fois le sujet et le contexte. Rendre la photo contextuelle apporte une information sur l’endroit où elle à été prise. Attention toutefois aux arrières plans trop distrayants.

De même lorsque vous photographiez vos compagnons de voyage. Bien entendu il est des occasions où l’on veut saisir une expression particulière, faire un portrait, mais souvent on fait l’image afin de documenter l’expérience partagée. Essayez de réaliser l’équilibre entre une photo d’eux et une de l’endroit. Si votre ami est le sujet principal, il doit être assez fort pour attirer l’attention et être reconnaissable mais donnez une notion d’où il se trouve. Vous chercherez à montrer assez de votre ami pour que l’on puisse le reconnaître mais évitez de trop vous rapprocher au risque d’exclure le contexte.


13/ Payer ou pas pour une photo ?

Dans certains endroits, généralement très pauvres, les gens vous demanderont de l’argent pour être photographiés. On peut être contre par principe et refuser poliment. On peut aussi se demander ce que représente le dollar que cette personne vous demande au vu des sommes astronomiques que gagnent certains mannequins pour se faire en prendre en photo. Chacun réagira donc en fonction de sa propre sensibilité. Sur les marchés si vous faites des achats vous pouvez profiter de l’occasion pour faire connaissance et ainsi faciliter l’approche photographique.

Il est des pays où les enfants viendront d’eux-mêmes vers vous à la vue de votre appareil. Ils attendent souvent une petite rémunération en contre partie. Dans ces cas-là j’ai l’habitude de donner des bonbons ou des gâteaux plutôt que de l’argent. Je déconseille de donner de l’argent aux enfants. Il est parfois dur de s’y tenir mais c’est très important car beaucoup d’enfants se font exploiter par leurs parents une fois qu’ils réalisent la source de profit qu’ils représentent. En Asie par exemple, certains enfants des castes les plus pauvres se font ainsi mutiler par leurs parents afin de susciter encore plus de pitié...

 

14/ Conclusion

Mon dernier conseil sera de ne pas vous fixer sur les quelques règles et techniques que vous aurez pu apprendre en lisant cet article. Les règles sont faites pour être contournées, a-t-on coutume de dire, cela n’a jamais été aussi vrai que pour un processus créatif tel que la photographie. Elles sont une base sur laquelle construire mais c’est ensuite notre capacité à savoir les transgresser qui donnera une touche personnelle à notre photo. Laissez parler votre cœur et vous ramènerez des souvenirs inoubliables de votre voyage.

PICT7076.jpg

De retour à la maison, faites vivre vos photos et ne les laissez pas se perdre dans les circuits de votre disque dur. Faites agrandir les meilleures et offrez-leur un cadre digne de ce nom pour les mettre au mur, elles ne manqueront pas d’attirer l’attention et de provoquer des discussions. Ce seront autant d’occasions de se rappeler ces merveilleux moments.

Bon voyage !

 

Commentaires   

# stephane 20-07-2009 15:21
merci pour ce travail de rappel toujours un peu difficile à mettre en pratique, mais avec la répétition cela viendra
# RE: La photographie de voyage (partie II) - Sur placeVoldoc 08-04-2013 23:45
Merci beaucoup pour ces conseils précieux :wink:

Je pars faire un circuit de 12 jours au Guatemala en novembre.

J'y emmènerai l'alpha77 couplé au sony 16-50 F2.8 et le 70-200 F2.8, trépied et peut être flash cobra ?

Encore merci pour ce partage ;-)
# RE: La photographie de voyage (partie II) - Sur placematériel photo voyage 10-04-2013 10:16
Merci pour les conseils, bien détaillé : c'est vraiment très complet et détaillé !
J'ai aussi fait ça sur le même sujet : http://www.votretourdumonde.com/materiel-photo-voyage/

Les commentaires ont été désactivés

Connectez-vous pour bénéficier de la mise en ligne automatique de vos commentaires !

Technique

31 janvier 2011
reflex-hybrides-compacts-experts-comment-faire-le-bon-choix-2eme-partieAprès avoir fait, dans la première partie de l'article, un état des lieux du marché de la photo, puis évoqué les processus de montée en gamme et les [...]
17 décembre 2010
reflex-hybrides-compacts-experts-comment-faire-le-bon-choix-1ere-partieLe matériel photographique traverse une période de profonde mutation. L'offre qui, il y a deux ans, se limitait encore aux compacts, aux bridges et aux [...]
12 février 2010
le-mode-hdr-automatique-des-sony-alpha-450-500-et-550function ChangeImage(imgID,imgName) Face à une scène à la dynamique importante, les sonystes qui shootent en jpeg n'avaient jusqu'alors qu'une [...]
22 novembre 2009
autofocus-les-modes-et-reglagesEn parallèle à l'article de Jean-Michel Dubois expliquant le fonctionnement de l'autofocus, je vous propose ici une démarche plus pratique, visant à [...]
28 septembre 2009
mise-au-point-sur-lautofocusLes pages d'informations sur le fonctionnement de l'autofocus principal des réflex sont nombreuses sur internet mais la plupart sont fausses. Elles [...]
10 septembre 2009
le-fill-in-au-flash-en-forte-lumierefunction ChangeImage(imgID,imgName) { document.images[imgID].src = eval(imgName + ".src") } Après avoir vu la technique du [...]
26 juillet 2009
le-vocabulaire-du-flash Portée trop faible, yeux rouges, arrières-plans sombres... Nous sommes nombreux à concevoir l'utilité d'un flash externe pour pallier les faiblesses du [...]