Jui 16 2009

La codification des objectifs

codage.jpgDéjà appliquées par des modules optionnels ou des développeurs RAW comme DxO Optics Pro, PTLens, Bibble, Digital Photo Pro ou Capture NX pendant le post-traitement, les corrections automatiques des défauts optiques des objectifs le sont depuis peu dès la prise de vues par certains boîtiers. Un boîtier ne disposant pas d'une énorme puissance de calcul, ces corrections ne résultent pas d'une analyse de l'image mais de l'application d'un traitement préprogrammé. Le boîtier « sait » donc quel objectif est monté.

Mais d'où tient-il cette information ? De l'objectif bien sûr. Il y a longtemps, depuis l'avènement de l'autofocus en fait, que les objectifs ne sont plus uniquement des dispositifs optiques et mécaniques mais qu'ils comportent également un peu d'électronique, un petit circuit intégré qui va permettre au boîtier et à l'objectif de dialoguer. Indispensable sur certaines montures pour savoir de combien déplacer le bloc optique pour faire la mise au point à la distance mesurée par le module autofocus et pour informer le boîtier de la distance pour l'exposition au flash en ADI, eTTL ou autre mesure la prenant en compte. Utile peut-être à la stabilisation boîtier pour ajuster ses paramètres de fonctionnement.
Mais où les logiciels de post-traitement vont-ils chercher ce renseignement ?

Si nous regardons les données EXIF incluses dans chaque fichier photo, nous trouvons bien la focale et l'ouverture utilisées mais aucune information qui permettrait de savoir avec quel objectif précis a été prise la photo. Pourtant, elle existe. En fouinant un peu plus avec des outils comme ExifTool ou PhotoME, nous pouvons aller regarder une zone des EXIF que les fabricants se gardent bien de documenter et que certains vont même jusqu'à crypter : les makernotes. Et nous avons de fortes chances d'y trouver ce que nous cherchons... à condition de savoir les reconnaître car les valeurs qui y figurent ne sont pas forcément parlantes. En effet, si des boîtiers vont jusqu'à inclure en clair la dénomination de l'objectif, nous pouvons juste y trouver l'indication de la focale minimale et de la focale maximale de l'objectif ou même juste un code chiffré. Heureusement, des amateurs passionnés décortiquent ces informations et les mettent à notre disposition.

En monture Alpha, la donnée se limite à un nombre de 0 à 65535. Parfait, direz-vous. Le fabricant a de quoi attribuer un code différent à chaque modèle d'objectif. Et bien non, c'est oublier un peu vite les fabricants d'objectifs indépendants. Ont-ils volontairement réutilisé des codes déjà affectés à des objectifs Minolta dont ils sont proches, ont-ils pris des codes libres que Minolta/Sony a ensuite utilisés ? Seul un examen des dates de sortie pourrait le dire. Ont-ils parfois utilisé un seul code pour plusieurs de leurs objectifs, ne pensant pas à un usage futur en numérique ? Nous n'en savons rien. Toujours est-il que nous en subissons les conséquences aujourd'hui quand un logiciel ou un boîtier ne peut pas savoir avec certitude avec quel objectif une photo a été prise et nous demande de le lui indiquer pour pouvoir appliquer les corrections adaptées. C'est ainsi que le nombre 24 représente les :

Minolta AF 24-105/3.5-4.5(D)
Sigma AF 18-50/2.8 DC EX
Sigma AF 18-125/3.5-5.6 DC D
Sigma AF 28-200/3.5-5.6 Macro
Sigma AF 18-200/3.5-6.3 DC D
Tamron SP AF 28-75/2.8 XR Di LD Aspherique [IF] MACRO
Tamron SP AF 200-500/5-6.3 Di LD [IF]

Comme si ce n'était pas déjà assez compliqué, il semble aussi que Minolta a tenté de revoir une fois sa codification en multipliant par 10 et en ajoutant 1 au code envoyé par les objectifs dont les codes sont supérieurs à 255. C'est ainsi que pour le même objectif, certains sites donnent le code tel qu'il est envoyé par l'objectif, d'autres celui tel qu'il est enregistré par les appareils récents. Est-ce mieux ailleurs ? Oui chez Nikon qui forme son code à partir des paramètres physiques de l'objectif, non chez les autres. Est-ce grave ? Non. Si cette confusion peut empêcher la correction automatique des JPEG, elle est sans conséquence en RAW. Pour conclure, une colle : quel objectif a le code 2585 ou 25851 ?

Commentaires   

# colle : une réponse !julien 29-06-2009 01:22
pour le code 2585, je dirais le 35-105 f/3.5-4.5...
C'est pas gentil ça, personne ne le connaît ;-)
J'ai triché j'avoue, merci Sony (support.sony-europe.com/DIME/compatibility/DSR/DSR_LENS/lens.aspx?l=en&selBrand=Sony+Camera&selModel=D-SLR+A100&selLens=KM)

Les commentaires ont été désactivés

Connectez-vous pour bénéficier de la mise en ligne automatique de vos commentaires !

Technique

31 janvier 2011
reflex-hybrides-compacts-experts-comment-faire-le-bon-choix-2eme-partieAprès avoir fait, dans la première partie de l'article, un état des lieux du marché de la photo, puis évoqué les processus de montée en gamme et les [...]
17 décembre 2010
reflex-hybrides-compacts-experts-comment-faire-le-bon-choix-1ere-partieLe matériel photographique traverse une période de profonde mutation. L'offre qui, il y a deux ans, se limitait encore aux compacts, aux bridges et aux [...]
12 février 2010
le-mode-hdr-automatique-des-sony-alpha-450-500-et-550function ChangeImage(imgID,imgName) Face à une scène à la dynamique importante, les sonystes qui shootent en jpeg n'avaient jusqu'alors qu'une [...]
22 novembre 2009
autofocus-les-modes-et-reglagesEn parallèle à l'article de Jean-Michel Dubois expliquant le fonctionnement de l'autofocus, je vous propose ici une démarche plus pratique, visant à [...]
28 septembre 2009
mise-au-point-sur-lautofocusLes pages d'informations sur le fonctionnement de l'autofocus principal des réflex sont nombreuses sur internet mais la plupart sont fausses. Elles [...]
10 septembre 2009
le-fill-in-au-flash-en-forte-lumierefunction ChangeImage(imgID,imgName) { document.images[imgID].src = eval(imgName + ".src") } Après avoir vu la technique du [...]
26 juillet 2009
le-vocabulaire-du-flash Portée trop faible, yeux rouges, arrières-plans sombres... Nous sommes nombreux à concevoir l'utilité d'un flash externe pour pallier les faiblesses du [...]