Avr 24 2012

Adobe Creative Cloud : une révolution dans le nuage ?

120424_Adobe_Cloud.jpgAdobe vient de lancer officiellement l’Adobe Creative Cloud qui révolutionne l’accès aux outils logiciels de la Créative Suite. Il s’agit en premier lieu d’une nouvelle modalité de paiement par abonnement mensuel et non plus par mise à jour tous les deux ans. La formule est simplifiée à l’extrême : abonnement mensuel sans engagement pour 92,24 € TTC ou avec engagement d’un an pour 61,49 € TTC (50 € HT). À la copieuse liste des constituants de la Creative Suite s’ajoutent plusieurs nouveaux logiciels : Muse, Edge Preview, Business Catalyst et Story Plus, qui devraient être rejoints par d’autres encore au fil du temps.
La seconde révolution est la mise en service de l’Adobe Cloud, service de stockage distant et de synchronisation entre périphériques de tous types (stations de travail, ordis portables et tablettes). Difficile de mesurer l’intérêt d’un tel service pour un photographe, mais il devrait intéresser les professionnels du graphisme ou de l’édition.
Pour savoir si l’Adobe Creative Cloud est vraiment intéressant et s’il ne recèle pas des pièges ou des limitations fonctionnelles, j’ai étudié attentivement l’ensemble des informations communiquées par Adobe et j’ai comparé les tarifs proposés avec ceux des versions complètes et des mises à jour des différentes versions de la Créative Suite CS6 en version boîte. Le bilan diffère sensiblement selon son type de “consommation” des logiciels d’Adobe, mais aussi selon les logiciels qu'on possède déjà.

J’ai avant tout recherché les pièges et les limitations fonctionnelles par rapport à l’installation d’une Creative Suite en version boîte. Je n’en ai pas trouvé. L’abonnement mensuel donne accès à tous les logiciels de la Creative Suite CS6 qui peuvent être installés de façon classique sur deux ordinateurs. La seule contrainte est une connexion mensuelle pour vérifier la validité de l’abonnement. Cette contrainte pose l’unique question à laquelle je n’ai pas trouvé de réponse claire : que se passe-t-il si le logiciel exige une connexion de vérification de la licence alors qu’on se trouve hors zone d’accès à Internet (par exemple en voyage) ?

D’un point de vue tarifaire, la situation est contrastée, car elle dépend de ce que vous possédez déjà, ainsi que de votre intérêt pour les services Cloud et les logiciels additionnels non disponibles dans les Creative Suites en version boîte. Partons sur un raisonnement sur deux ans, qui est la durée classique entre deux versions CS. Sur la base d’un abonnement annuel, le Creative Cloud revient à 1475 € TTC (ce chiffre ne tient pas compte de la remise exceptionnelle offerte la première année aux propriétaires d'une suite CS3 et au-delà, qui réduit la note d'environ 300 €). Ce chiffre est à comparer avec le prix de la version complète de la Master Collection qui est de 3586 € TTC, mais aussi avec celui de la mise à jour depuis une CS5, qui est de 1374 € TTC. Pour un primo accédant à une Creative Suite, l’abonnement Cloud est donc très intéressant. En revanche, il ne l’est pas vraiment pour quiconque possède déjà une Créative Suite CS5 ou, pire, une CS5.5, qu’il s’agisse d’une Master Collection ou d’une version Web, Design ou Production (lesquelles permettent de passer à la Master Collection CS6 pour le même prix). Dans ce cas de figure, il faut évaluer l’intérêt du Cloud ainsi que des logiciels et fonctionnalités supplémentaires. Comme la possession d’une licence Creative Suite ne donne accès à aucune remise sur le tarif de l’abonnement, il faut également considérer la possibilité de la revendre.

Qu’en est-il pour les amateurs et des professionnels qui, pour des raisons de budget, choisissent de “sauter” une version en ne faisant une mise à jour que tous les quatre ans ? Ils sont a priori perdants, mais a priori seulement, car les conditions d’accès aux mises à jour ont changé en fin d’année dernière. Avec l’arrivée du Creative Cloud, on comprend mieux pourquoi Adobe exigera à partir de la prochaine release la possession d’une version "CS n-1" pour bénéficier du prix d’une mise à jour vers la version "CS n". Dans ce contexte de mise à jour obligatoire, autant bénéficier du système de mise à jour permanent du Creative Cloud et d'utiliser ainsi en permanence la version la plus récente.

Je n’ai jusqu’à présent considéré que les utilisateurs intéressés par la Master Collection. Quid de ceux qui n’ont besoin que des logiciels disponibles dans une Creative Suite Web, Design ou Production ? La situation n’est pas fondamentalement différente de la précédente : s’ils ne possèdent pas encore de licence, ils sont largement gagnants, sinon ils sont perdants (la version complète est à 2630 € tandis que la mise à jour est à 1015 €). Perdants, certes, mais sur un strict plan financier, car le Creative Cloud leur donnerait accès à bien plus de logiciels et aux services Cloud. À eux de déterminer si le surcoût (460 € sur deux ans) en vaut la peine.

Pour les photographes qui n’utilisent que Photoshop et n’ont besoin de rien d’autre, le Creative Cloud ne présente pas d’intérêt, sauf si le potentiel énorme des logiciels de la CS6 fait naître des envies que le tarif “plein pot” des différentes Suites avait refroidies. En passant, la mise à jour vers Photoshop CS6 est à 273 €, et 477 € pour la version Extended. Adobe propose bien un service de location pour chaque logiciel, mais le prix est élevé : 574 € TTC sur deux ans. Le tarif est identique pour les autres grands logiciels de la Creative Suite.

On le voit, les utilisateurs des logiciels d’Adobe devraient accueillir très diversement l’arrivée de cette nouvelle modalité d’abonnement, qui favorise clairement les gros consommateurs et les primo accédants. Ce qui est difficilement mesurable pour le moment est l’intérêt du Cloud. Je tirerai un bilan en fin d’année, après quelques mois d’utilisation.
Révolution ? Peut-être...
Je signale pour finir qu’un tarif Enseignants et Etudiants est disponible pour le Creative Cloud, et qu'une vidéo de présentation de l'Adobe Creative Cloud est disponible en suivant ce lien.


120424_Adobe_Cloud_content.jpg

Commentaires   

# Une bonne idéeGiorgio PAPARELLE 24-04-2012 23:50
Je trouve l'idée une bonne idée. En effet, il faut du choix pour faire un choix. Ceux qui souhaitent investir dans une solutions classique peuvent le faire, ceux qui souhaitent tester pendant un mois peuvent le faire, ceux qui n'ont pas envie de se prendre la tête avec les aléas des connexion internet aussi, bref, il y a du choix. D'un point de vue marketing, on vise les nouveaux clients, c'est un fait. Mais si on envie d'acheter un bon reflex avec une bonne optique, on ne vas se rabattre sur Photoshop Elements (excellent produit d'ailleurs) mais sur la CS pour mettre en adéquation les différents moyens et essayer de tirer le mieux de son travail. Donc, pour ma part, ça ne me semble pas une mauvaise idée, notamment pour contrer les versions tombées du camion, qui se trouvent assez facilement...
# Patrick Moll 26-04-2012 05:57
Oui, en effet. Reste que ça aurait pu être un peu moins cher, ou dégressif en fonction du nombre de logiciels utilisés. 700€ par an, ce n'est quand même pas rien, malgré la qualité exceptionnelle des produits...
# Contre cette idée...Baledent 25-04-2012 11:29
Bonjour Patrick,

Comme ancien ingénieur informaticien, et très attaché à ma liberté, je suis contre tous ce qui peut ressembler de loin ou de près à ce qui ce dénomme leCloud. Être autonome, n'a pas de prix.

Pourquoi A terme, si nous nous engageons dans cette voix, nous n'aurons plus rien sur nos disques durs et tout sera contrôlé par Big Brother confused , et jusqu'à nos données.

Où sera notre liberté

Je vois arriver qu'à la fin de la mise en place d'un tel système, nous serons obligé de payer pour l'utilisation d'une fonctionnalité, même simple à chaque fois.

Mais ce que je trouve encore plus rageant, c'est le fait de devoir payer pour un espace de stockage pour nos données. Et ne venez pas me parler des offre de 5Mo car nous arrivons vite à saturation.

Et n'oublier pas qu'il faut aussi que les réseaux soient fonctionnelles, ce qui est loin d'être le cas en France.

Mais je sais que certains diront que je suis passéiste. Ce que je ne veux pas, c'est être dans un système contrôlé de A à Z par des sociétés ou par des personnes que je ne connais pas.

Eric.
# Patrick Moll 26-04-2012 06:00
En réalité, le Cloud est optionnel, car les logiciels s'installent en local comme avec les versions boîte. Pour qui achetait déjà ses logiciels en téléchargement, ça ne fait aucune différence. C'est surtout un nouveau système de paiement qui est proposé.
Donc je comprends votre inquiétude, mais pour le moment il n'y a pas de raison de s'affoler. Mais d'être vigilants, oui... :wink:
# lawre51 28-04-2012 18:41
Je comprends l’inquiétude de Baledent et je la partage.

Au-delà de cette initiative sûrement appréciable pour les gros consommateurs ou nouveaux clients, il y a derrière cette idée , une volonté de fournir du service délocalisé. Microsoft est en train d'y travailler, certains fournisseurs proposent à ses clients, chefs d'entreprise, de délocaliser l'offre logicielle pour une gestion optimisée.

Google document, et le "Cloud" offert par la suite Office sont deux exemples de ce que sera le service demain.

Car à terme, pour lutter contre le piratage des logiciels, certains grands éditeurs travaillent en secret sur ce concept.

Le Cloud d'Adobe est, j'en suis sûr, un début....

Je ne critique pas l'offre, je m’inquiète de l'offre imposée que cela génèrera.
# Chauvez 30-04-2012 21:19
Le problème avec cette offre, c'est pour la concurrence. Un photographe qui travaille avec PhotoShop et Illustrator passant à l'offre Cloud, ne se posera pas la question de préférer un autre fournisseur de logiciel video, puisque Première et After Effect sont dans l'offre. Alors pourquoi avoir Avid ou Final Cut et Motion? idem pour Dreamweaver et ses concurrents. Etc....En fait je vois par cette offre un début de grand monopole.
# Patrick Moll 01-05-2012 16:44
Le monopole est déjà presque un état de fait. Le Cloud ne change rien, puisque son utilisation est optionnelle et en sus de l'installation classique des logiciels qui est maintenue. Et elle le sera pour longtemps, car s'il est possible de faire tourner Google Doc sur des serveurs distant, ce n'est pas imaginable pour Photoshop ou Illustrator. Et on ne peut pas exiger des gens qu'ils soient connectés en permanence. Je n'ose imaginer la consommation 3G+ ou 4G d'un photographe en déplacement qui voudrait faire tourner un logiciel distant et devrait commencer par uploader ses 500 Raw de 40 Mo chacun !
Donc, je suis bien moins inquiet que vous... :wink:
# lawre51 01-05-2012 17:27
Oui, Patrick, dans le futur proche, pas d’inquiétude!

Mais tu le sais, le monde progresse à toute vitesse, le monde du numérique, et le monde connecté en particulier.....

Si aujourd'hui ce n'est pas imaginable, demain ça le sera, car la 4G sera une antiquité....

Les réseaux fibres, les machines, les formats RAW qui seront peut-être mieux définis et plus légers, bref tout ça évolue....

Qui imaginait un disque de 3 téra il y 20 ans....ou un monde connecté accessible juste dans sa poche?

Alors, c’est vrai, ne paniquons ! Mais ce n’est que le début du commencement…….
# Patrick Moll 01-05-2012 18:11
C'est surtout que je vois pas bien l'intérêt pour Adobe de faire tourner des millions de Photoshop sur leurs serveurs. J'ai beau réfléchir, je ne vois pas quel avantage cela leur apporterait. En revanche, je vois très bien l'énorme puissance de calcul que ça leur demanderait, pour pas un centime gagné en plus...
# bye bye adobesafirmes safirmes 08-09-2013 16:21
L'éditeur Adobe profitant de sa position dominante à augmenté le 8 septembre 2013 nos abonnements à leurs suites de logiciels de plus de 20%.
Cette augmentation n'est pas acceptable et à été effectuée de façon unilatérale sans demande d'accord de notre part.
En représailles et pour manifester notre désaccord Nous n'accepterons plus aucun fichier sous quelque format que ce soit de cet éditeur dans un format d'enregistrement ultérieur aux versions CS3.
Vous devrez systématiquement enregistrer vos fichier sous cet ancien format dit compatible CS3.

Client Adobe depuis plus de 20 ans cela signifiera la fin de notre collaboration avec cet éditeur et de fait nous ferons tous de substantielles économies.
The Adobe editor advantage of its dominant position on September 8, 2013 increased our subscriptions to their software suites over 20%.
This increase is not acceptable and was made unilaterally without consent solicitation on our part.
In retaliation and to express our disagreement We will not accept any files in any format whether this editor in a recording format to CS3 later versions.
You will automatically save your file in the old format CS3 Compatible.

Adobe customer for more than 20 years will mean the end of our collaboration with the editor and all of us will make substantial savings.

Les commentaires ont été désactivés

News

07 mai 2015
quand-lightroom-reduit-alpha-numerique-au-silenceLa sortie officielle de Lightroom 6 il y a deux semaines a signé un nouvel effondrement de mes disponibilités. Peut-être en aviez-vous deviné la raison. [...]
21 avril 2015
si-lightroom-cc-ne-demarre-pas-apres-installationDe nombreux utilisateurs semblent rencontrer un problème avec Lightroom CC qui refuse de démarrer après installation, sur Mac OS comme sur Windows. C'est [...]
21 avril 2015
lightroom-6-et-cc-un-pas-de-plus-vers-l-autonomieAdobe vient d'annoncer la sortie de Lightroom 6 en version finale. Que tous ceux qui craignaient une intégration exclusive dans le Creative Cloud se [...]
12 mars 2015
promotion-de-printemps-sur-tous-les-logiciels-de-dxo-labsAu cours de la longue période d'hibernation d'Alpha-numérique, DxO Labs a lancé de nouvelles versions de ses logiciels Optics Pro, FilmPack et ViewPoint [...]
04 mars 2015
les-nouvelles-optiques-sony-alpha-en-monture-fe-officiellement-annonceesAprès la pré-annonce faite à la Photokina à l'automne dernier et le voile délicatement levé en février sur les nouvelles optiques FE destinées à la série [...]
19 février 2015
les-bons-plans-sony-de-photo-saint-charlesCamara Photo Saint Charles ne pouvant plus référencer le matériel Sony sur son site web, j'ai décidé de créer un article permanent que je modifierai en [...]
04 février 2015
sony-devoile-les-six-prochaines-optiques-fe-pour-les-alpha-7Face à la déconfiture des reflex classiques - il se murmure qu'en plus des boîtiers d'entrée de gamme, le segment expert serait très touché - Sony a une [...]